Alpina Savoie promeut la filière blé dur française durable


Alpina Savoie a mis en place des contrats inédits avec 60 agriculteurs pour développer une filière blé dur française, sans résidu de pesticides.

Ces contrats de trois ans garantissent un juste prix d’achat du blé dur et sont décorrelés du cours mondial du blé.

Une démarche éthique, rare sur le marché français, qui permet aux agriculteurs de voir leurs efforts, en faveur d’une culture durable récompensés mais également de mieux prévoir leur rentabilité et donc de faciliter l’investissement dans leurs exploitations.

Ce partenariat avec des agriculteurs français, initialement en culture raisonnée, a pris un tournant en 2017 ; la PME a voulu aller plus loin, vers des conditions de culture garantissant des produits sans résidu de pesticides. Une démarche vertueuse, partagée avec des agriculteurs engagés, en faveur d’une alimentation locale, plus saine, dans le respect de la nature.

Par un engagement commun avec le Collectif Nouveaux Champs, Alpina Savoie rejoint en mars 2019 les 43 partenaires qui constituent ce mouvement citoyen, un rapprochement naturel pour son travail engagé depuis des années. La PME vient étoffer la proposition du Collectif Nouveaux Champs avec une nouvelle typologie de produits, le label concernant principalement des produits frais.

Le blé dur sans résidu de pesticides, c’est quoi ?

Pour réussir à produire le blé dur, garanti sans résidu de pesticides, les agriculteurs partenaires d’Alpina Savoie respectent un cahier des charges précis. Leurs champs doivent être éloignés des sources de pollution, comme les axes routiers ou les zones industrielles et ils s’engagent sur une dizaine de points clefs.

À la fin des moissons, début juillet, les récoltes sont déposées par les agriculteurs auprès d’un organisme stockeur qui se charge d’effectuer les premiers contrôles de qualité. Ces derniers ont un rôle majeur dans l’accompagnementdes agriculteurs, leurs techniciens agricoles guident les producteurs sur le terrain et sont les garants du respect du cahier des charges.

Ce cahier des charges exigeant comprend des contrôles, tout au long de la production. Des échantillons sont prélevés à chaque étape : récolte, moulin, usine. Lors de ces contrôles libératoires, plus de 500 molécules sont analysées par un laboratoire indépendant pour avoir la certitude que les produits (blé, puis semoule, puis pâtes) soient bien sans résidu de pesticides.

Les engagements des agriculteurs :

  • Augmenter les rotations des cultures (supérieur à 3)
  • Augmenter les surfaces d’intérêts écologiques : bandes enherbées, haies, arbres, intercultures mellifères
  • Augmenter la matière organique des sols
  • Utiliser des moyens de luttes biologiques
  • Utiliser des fertilisants non volatiles pour diminuer les risques de lessivage et d’évaporation
  • Cultiver des parcelles de production loin des routes à fort trafic Interdiction d’utiliser des épandages industriels